Archives de Tag: Gillion

fermer un musée crée de l’emploi

Au cours de son interview dans « Question à la une » de ce 2 novembre 2011, M. Michel Draguet, parmi d’autres vérités,  nous explique comment fermer le Musée d’Art moderne lui permet de créer de l’emploi…non qualifié …

Parle-il de gardiens, de peintres en bâtiment, de conservateurs, de guides, de  caissiers, d’architectes ou de manutentionnaires : l’affirmation est surprenante et peu argumentée !!!

Le prix payé en est peut-être surfait: broutille, le projet seul compte. La réflexion muséale? le mélange des genres? balayés d’un revers

Nul ne lui pose la question. Une fois de plus, se dévoile la véritable option de ce directeur « in progress »: la réussite touristique et économique:

Et pour rappel, ce tombeau, cette péninsule, ce pic  nuisible à l’art moderne, s’avère prestigieux pour les supposés trésors 1900

revoir l’extrait de la séquence de

Questions à la Une du 2 11 2011 –  RTBF

autopsie d'un défunt Musée

3 5 2011 - occultation "in progress" d'un puit de lumière

et ce  rappel aride: la vénérable entrée du Musée d’Art Moderne construit par Roger Bastin

3 11 2011 Musée d'art moderne

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société, Urbanisme

1900 Phare Museum

Charles Picqué, comme Charles Bulls en son temps, est un  féroce défenseur du patrimoine architectural Bruxellois.

Nous lui devons quelques belles réalisations contemporaines à Saint-Gilles, inspirées probablement par les anciennes fortifications, tours carrées, cours intérieures inaccessibles, écuries contemporaines et palefreniers sécurisés..

Patrimoine vaincu, triompher d’un homme par terre, n’est pas glorieux: plus de quarante ans d’absence et ressurgissent, tels les restes de quelque villa romaine extirpés des terres  fertiles de Wallonie, les pierres de l’hôtel Aubecq. On nous promet même une réintégration dans un construit proche …ou lointain, pourquoi pas une façade du futur musée d’art contemporain au Cinquantenaire vision futuriste citée par Monsieur Draguet, la façade d’un architecte visionnaire pourrait servir d’entrée prestigieuse vers un éblouissant cube d’aluminium œuvre d’un autre architecte visionnaire peut-être encore vivant et subsidié par Altran, cube ou boule d’aluminium froissé reflétant par dessus ces vieilles pierres  le quadrige fougueux érigé par notre roi soleil à son apogée, Léopold II, par ailleurs également fougueux amant dans le privé.

Le musée d’art moderne de Bruxelles accueille en ce moment, non seulement les prémisses de la collection Gillion Crowet encore ensevelie au parking -8 et peu visible, mais aussi avec l’aval de notre ministre président Charles Bulls, les décombres de l’hôtel Aubecq, circuit conjoint vers Pompei à Schaerbeek (sur rendez-vous et en groupe pour un meilleur contrôle) et avec accès gratuit,  les dépouilles,  objets rituels et autres lave mains!!!dans quelque salle peut-être nouvellement rénovée, à moins qu’il ne s’agisse de l’enceinte du défunt Musée d’Art Moderne, très actif pour un mort.

Le Cinquantenaire  (MRAH) s’en mord les doigts, la poignée de main n’a pas dû être assez ferme, laissant le projet s’évader place Royale.

Vivre du tourisme n’est pas donné

Mais la nuit le prix en vaut la chandelle disait Rachida

Poster un commentaire

Classé dans Musées, Urbanisme