Archives de Catégorie: Urbanisme

Namur, la Culture, le Silo

Quelques mots sur la rénovation de la Maison de la Culture de Namur

 

J. Collin, G. Lambeau, J. Ledoux et V. Bourgeois revus et corrigés par notre immense  Samyn (and Partners  Architects and Engineers) sous le nom: “Cœur de Ville“ .

« Des tas de nouveautés verront le jour mais dans le respect de l’existant et de l’œuvre de Victor Bourgeois. Le projet préserve à peu de choses près la construction existante » dixit le site de présentation du projet

Voici donc quelques images, photos anciennes et vues  prospectives…explicites

20 mai 2016 ©delirurbain

 

capture d’écran 2017 document Samyn and Partners Architects and Engineers

Entre les deux, ce stade de déconstruction: mise à nu, l’ossature seule subsiste…

 

13 mai 2017 ©delirurbain

13 mai 2017 ©delirurbain – vue arrière du chantier et de l’ancienne salle de spectacle éventrée!

 

 

Que reste-t-il du projet de Victor Bourgeois: la richesse des finitions, les bois exotiques, les mosaïques du hall d’accueil, les colonnes gaînées d’aluminium? L’hôtel Groesbeeck-de Croix réduit à ses murs de briques, sans ses lambris, ses tapisseries serait-il plus convainquant ? L’adjonction d’une nouvelle salle de spectacle, donjon aveuglant et aveugle, n’eut-elle pas pu être mieux intégrée?

20 mai 2016 – photomontage ©delirurbain

Témoin hypocrite, la tortue de Jan Fabre observe et partage cette perverse modernité. Sémaphore rutilant son « Mesureur de nuage » , installé au sommet du nouveau donjon, aurait pu faire sens, et établir la communication avec la nouvelle mouture de la MCN , symétrie militaire de la citadelle: donjon, glacis, coursives…

 

Musée et/ou salle d’exposition 2017 – capture d’écran – document Samyn and Partners Architects and Engineers – propre et lumineux, mais fonctionnel?

Le projet de Victor Bourgeois fut critiqué, combattu même, et présentait certes, des défauts. Les immenses baies vitrées des salles d’expositions finirent occultées, offrant ainsi plus de murs et des possibilités scénographiques accrues.

Le nouveau projet ne semble pas avoir tiré les leçons de cette expérience, comme le montre cette capture d’écran: un Musée et deux niveaux d’exposition sur une surface totale parcimonieuse (500 à 800m2 ? ) et peu fonctionnelle: peu de murs, des baies immenses inondant le tout de lumière directe, tout cela aux deuxième, troisième et quatrième niveaux !

2017 capture d’écran – coupe – document Samyn and Partners Architects and Engineers

Il n’est pas question ici d’analyser l’ensemble du projet: trois salles de spectacles de jauches très différentes, dont une verra l’œuvre de Yves Zurstrassen remplacer le plafond habillé de bois d’origine, une autre cylindrique peut-être pour accueillir les arts du  cirque…et le cinéma, des cours et jardins suspendus « inspirés de celui d’origine de René Pechère »

Rien que d’authentique !

A sa création dans les années 60, le projet de Victor Bourgeois et associés symbolisait l’utopie d’un accès à la Culture pour tous. Ce nouvel ensemble, miroir de la société,  donne l’impression de s’adresser aux consommateurs de culture.

2017 capture d’écran – document Samyn and Partners Architects and Engineers

Ce projet laisse un goût amer.  Le confluent restera le symbole d’occasions architecturales ratées dues à un énième compromis entre « respect » du patrimoine, audace et égo des architectes.

Grognon 13 mai 2017 – fouilles ©delirurbain

©delirurbain

réf.:https://www.province.namur.be/maison_de_la_culture

http://www.architectura.be/fr/actualite/13687/a-namur-la-maison-de-la-culture-bientot-revue-et-corrigee

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Musées, Urbanisme

Pont des trous ou Pont aux Ânes

à Bruxelles, la saga des tunnels, la mystification de la gestion architecturale des Musées fédéraux.

tournai-pont-2016

Tournai – 23 octobre 2016 ©delirurbain

à Tournai, l’étonnante aventure du Pont des Trous…et le résultat si peu surprenant de la si populaire consultation.

Construit au XIII ème siècle le pont des Trous  visible actuellement est une restauration datant de 1948,   bien peu représentative de ce qu’il fut.

La restauration de 1948, suite aux bombardements de 1940 a déjà fortement modifié le profil de l’ouvrage: rehaussé de 2,40 mètres, arche centrale élargie, emploi du béton et simple parement de pierre: il peut encore  faire illusion. Une photographie datée 1892 nous en livre une toute autre vision…La largeur, la hauteur des arches sont presque égales, les ogives légèrement aplaties, le tout donne un pont trapu, robuste d’aspect.

tournai pont des trous 1892

datée 1892 – capture d’écran 2016 ©inconnu

2016 05

après les bombardements – ca. 1940 capture d’écran 2016 © inconnu

Mais l’époque évolue, les liaisons fluviales reviennent dans l’actualité, le gabarit des barges et bateaux augmente et nécessite des ajustements: tours et détours, le choix politique s’est porté sur le maintien du cours de l’Escaut entraînant la destruction/reconstruction (partielle?) du pont. Patrimoine ou modernité, la question est posée, peut-être mal formulée!

Voici l’avant-projet mis en délibéré, dans ses deux versions : l’une de pierre, l’autre de métal ajouré…

2016

2016 capture d’écran ©Tournai.be

Métal ou pierre, la consultation populaire ne pouvait qu’entériner le conformisme absolu: le pastiche du passé, en pierre, au détriment de toute vérité patrimoniale et architecturale.
Mais aux dernières nouvelles, une proposition pour le moins romantique s’est glissée au devant de la scène: une ruine dans le plus pur style d’Achille Etna Michallon. Que de peintres perdus dans les brouillards de l’Escaut, seront reconnaissants à l’auteur de cet audacieux projet de pouvoir poursuivre ce délicat travail de mémoire. J’oubliais de vous dire que l’esquisse  serait de l’architecte Olivier Bastin.

tournai-lavenir

Olivier Bastin – projet d’aménagement du Pont des trous –  capture d’écran – Lavenir.net

Des alternatives ont été suggérées, dont celle de Michel Wiseur. Elles auraient pu convaincre les pouvoirs publics s’ils ne s’étaient lancés dans une périlleuse et probablement démagogique consultation populaire, leur permettant de ne pas assumer le choix.

2016 04

2016 capture d’écran ©Michel Wiseur

La solution proposée par l’architecte Michel Wiseur, avait l’élégance de reconnaître la mutilation du pont,  écrite dans l’histoire, sans le mauvais goût d’un vocabulaire bâtard.

© delirurbain octobre 2016

17 décembre 2016 – addenda

dans le Soir du 3 décembre 2016, je découvre avec « émotion » la caricature finale du pont des trous. Est-ce un (pauvre) simulacre de nef gothique, le vocabulaire  maladroit d’un enfant (charabia) ou le testament d’un architecte épuisé…

D’autres arches seront-elles disséminées sur le fleuve, telles des perles égrenant les ouvrages d’arts rendus caducs par la modernité…

pont-12-2016

©Le Soir – 3/12/2016 capture d’écran

une pétition aux propositions intéressante est à lire,  et peut-être à soutenir, à chacun de juger:

Poster un commentaire

Classé dans Urbanisme

Bruxelles Querelles Plurielles

Querelle de parkings, querelle du  Musée d’art moderne et contemporain, querelle des nouveaux centres commerciaux, nouvelle querelle des Anciens et des Modernes?

Bruxelles éternel sujet de discorde!

Les questions d’urbanisme sont toujours plus brûlantes…

Chacun semble développer discrètement son idée de la cité, chacun joue ses pions avec le secret espoir d’un échec et mat pour le voisin, que ce soit pour les méga centres commerciaux NÉOS, DOCKS BRUXSEL, UPlace, pour l’implantation d’un possible futur Musée d’art contemporain (parc du Cinquantenaire, porte de Ninove ou bâtiment Citroën ou même les anciens éts Vandenborght)

De même la décision de rendre le cœur de Bruxelles aux piétons se voit aussitôt compensée par  l’émergence étonnante de nouveaux projets de parkings urbains.

Ce qui apparaît dans ces annonces chaotiques est le peu de débats publics ouverts, une sorte d’autisme affectant les différents pouvoirs.

0400

rassemblement/concert contre le projet de parking place du Jeu de balle © delirurbain 30/11/2014

Dans le cas du parking annoncé place du jeu de balle, ce sont les riverains et usagers qui ouvrent le débat, pour le Musée d’art moderne, l’association Musée sans musée fut le principal troublion, l’Arau et IEB pour les centres commerciaux. Le pouvoir politique semble manœuvrer en souterrain, comme peureux d’affronter le débat public. Peur ou mépris de la population?

Dernier avatar, le reniement de la  CRMS (Monuments et Sites) sur la sauvegarde des bâtiments de la rue du Marais et des Sables pour une extension du campus de la HUB, permettant in fine leur démolition (voir dossier ARAU) Le quartier, il est vrai, a entamé une mue brutale avec la disparition de la CGER, et la construction de nouveaux ensembles de logements, d’un académisme néo… confirmé, véritables forteresses grillagées, fermées sur elles-même, qui remplacent les blocs d’anciens bureaux aux accès contrôlés, par des logements encore plus sécurisés. Pourquoi ne pas prévoir de fermer les rues afin d’isoler le foyer Bruxellois voisin, qui visiblement commence à faire tache… Reste le Meiboom, quelque peu anachronique dans ce quartier de plus en plus lisse…

Up SITE   procède du même sentiment sécuritaire, monde fermé sur lui-même, sécurité absolue de l’entre-soi sont d’ailleurs un des arguments du marketing. Up-site n’est que le paradigme d’un certain égocentrisme …avec vue sur la ville, sans autre lien.

Si d’autres tours devaient être construites à Bruxelles, pourquoi ne pas les rassembler à cet endroit, établir des passerelles de l’une à l’autre, et confiner ainsi, en un geste urbanistique [fort?], leurs possibles désagréments, en un seul lieu…

002 TOURS

projet d’un ensemble de tours au canal ©delirurbain 2014

 

Une autre victime de cette absence criante de vision est le quartier européen, dont le manque de qualité architecturale et urbanistique mais aussi sociétale, est la principale caractéristique.

Parmis les exceptions, le bâtiment Europa, qui abritera le Conseil de l’Europe, émerge enfin…

« Un concours européen d’architecture et de projet a été lancé le 4 août 2004 et vingt-cinq équipes d’auteurs de projet ont été sélectionnées en janvier 2005. La seconde étape du concours a eu lieu entre juin et septembre 2005 entre les six finalistes.

L’équipe d’architectes et d’ingénieurs Philippe SAMYN & PARTNERS, mandataire et lead and design partner, avec STUDIO VALLE PROGETTAZIONI, architectes, et BURO HAPPOLD, ingénieurs, a été retenue le 2 septembre 2005. » (op cit. Conseil de l’Europe)

EUROPA 01

EUROPA – Bruxelles – Lead and Design Partner: Dr ir. Philippe Samyn, architecte et ingénieur civil. ©delirurbain

LOI-0239

Europa – Bruxelles – Lead and Design Partner: Dr ir. Philippe Samyn, architecte et ingénieur civil. ©delirurbain 11/2014

"Europa" façade Loi - Philippe Samyn 11 2014

EUROPA – Bruxelles – Lead and Design Partner: Dr ir. Philippe Samyn, architecte et ingénieur civil. ©delirurbain 11/2014

Un correspondant facétieux a proposé de confronter la façade de ce bâtiment prometteur à la photo suivante

pandiscio com

Ph 100 11th Avenue by French architect Jean Nouvel, an apartment block in Chelsea, New York, with every glass panel of the curtain wall tilted at a different angle ©Andrea Klettner(capture d’écran)

mais les dates rendent le doute difficile: études juillet 2005 / constructions 2006/2010 pour ce dernier.

A signaler, une exposition sur ce thème à Paris: « Matière grise » Pavillon de l’Arsenal, (article du Monde)

Potato Head, Bali

club Potato Head – Bali – architecte Andra Matin (capture d’écran)

 

mais resurgit alors le souvenir de la cité emblématique de Lucien Kroll : la Mémé – 1970 – Woluwe-Saint-Lambert – Bruxelles

 

Mémé 2

La Mémé – UCL – architecte Lucien Kroll – capture d’écran – photo L. Kroll

 

A voir dans les prochains mois…

Le manque perpétuel de  concertation, en amont de petits et grands projets, qui impactent le quotidien et l’environnement de la population, habitants et usagers est à déplorer. Le public est encore trop souvent mis devant un fait accompli.

Pour clore ce sujet, clin d’œil, le tout nouveau bureau de poste, propre, net et audacieux, en rez de chaussée, remplace dès à présent l’immeuble de la chaussée de Boendael….

bpost

bpost – 1 rue Wéry – Ixelles © délirurbain 27/11/2014

 

Poster un commentaire

Classé dans Musées, Urbanisme

Bouwmeester, la question

Notre bouwmeester  régional doit se sentir bien seul à la veille de fin de mandat: la Flandre libérale, pionnière, se passe désormais de cette fonction et la Wallonie audacieuse et volontaire n’en a toujours pas.

Le fier Wallon ne supporte sans doute pas d’être mis au pas…par un de ses pairs

Quels lendemains pour Bruxelles?

Dans l’article de la Libre de ce samedi 13 septembre, l’amertume pointe dans les propos d’Olivier Bastin

Guy Duplat extrait de La Libre 13 09 2014

Guy Duplat extrait de La Libre 13 09 2014

Il y a de quoi: deux projets emblématiques échappent a tout contrôle, projets évoqués ici même: le rond point Schuman et le bâtiment Citroën, nouvellement promu « ambassadeur » de la culture contemporaine à Bruxelles, nonobstant tout autre projet et malgré l’inadéquation originelle du lieu, sauf à y entreprendre de coûteux travaux d’assainissement et d’aménagement. La question du « projet culturel » est entièrement ouverte: contenu, direction, publics, collections…

L’emplacement est certes prestigieux, mais est-il pour autant judicieux? La décision semble plus politique que liée au développement d’une réflexion urbanistique et muséale acérée.

Pour alimenter et documenter le débat autour du bouwmeester et de son influence, voir aussi l’exposition « bMa » consacrée à celui-ci 29, rue Ravenstein 1000 Bruxelles (anciennement FORTIS)

vue générale de l'exposition mBa © delirurbain 2014

vue générale de l’exposition bMa © delirurbain 2014

vue d'ensemble exposition bMa © delirurbain 2014

vue d’ensemble exposition bMa © delirurbain 2014

accueil de la salle des coffres , Jules Wabbes 1971© delirurbain 2014

accueil de la salle des coffres , Jules Wabbes 1971© delirurbain 2014

Une fois sur place, vous pouvez aussi (re)découvrir in situ le travail de Jules Wabbes qui aménagea  le hall et la salle des coffres dans les années 1971, 1972, salle des coffres qui devrait être conservée mais, dès les travaux commencés, ne sera plus visible. Seuls les heureux détenteurs d’un coffre y auront encore accès…à la réouverture

projet rue Ravenstein - capture d'écran

projet rue Ravenstein – capture d’écran

Et pour en finir avec cette visite, un aperçu du bâtiment (bureau Baumschlager Eberle) appelé à remplacer  l’actuel siège de BNP Paribas ( architecte Van Kuyck 1971±) autour de la fameuse salle des coffres….

l'immeuble actuel de l'architecte Van Kuyck © delirurbain 2014

l’immeuble actuel de l’architecte Van Kuyck © delirurbain 2014

 

PS: l’article complet de la Libre sur le « Bouwmeester » (sic)  démissionnaire

délirurbain – 14 09 2014

la libre 13 09 2014

Olivier Bastin par Guy Duplat – La Libre – 13 09 2014 ©

sur le même sujet, l’article du Soir

…depuis, d’autres articles sont parus dont je vous laisse trouver les références

Poster un commentaire

Classé dans Urbanisme

Schuman, carrefour honteux de l’Europe?

Le RER voit son coût  doubler ou presque, sa mise en service demeure aléatoire.

Le viaduc Reyers sera probablement abattu, une bonne nouvelle.

Un point noir le restera: le rond-point Schuman n’est plus promis à la gloire.

Manque d’ambition Régionale ou Européenne?

Triste gestion à la petite semaine…?

Xavier de Geiter évacué….

un remplaçant inopiné monte au créneau…

l’espace en question restera-t’il dédié au vide?

Les enjeux urbanistiques en cette rentrée sont multiples et bien maltraités.

Le service est minimum

le cœur du rond point Schuman ©delirurbain

le cœur du rond point Schuman ©delirurbain 2009

pour plus de précisions ?

lire l’article du Soir

lire l’article de la Libre

consulter le site de l’auteur de projet:

XDG projet place Schuman

consulter le site du probable nouveau lauréat, ARCADIS, bureau d’architecte et amateur d’art….

ARCADIS capture d'écran

capture écran du site Arcadis – 11 09 2014

delirurbain 11/12 09 2014

Poster un commentaire

Classé dans Urbanisme

Frissons d’été

De retour à Bruxelles, quelques murmures urbanistiques [dé]rident la surface des eaux: la déroute des avions, la multiplication des projets de tours, la désagrégation du viaduc/boulevard Reyers, etc, etc

Plus discrète, une petite révolution se prépare à deux pas de la place Flagey: le célèbre bureau de poste de la chaussée de Boondael serait en voie de disparition.

chaussée de Boondael, le bureau de poste  17 08 2014 © delirurbain

Ixelles 55, chaussée de Boondael, le bureau de poste 17 08 2014 © delirurbain

Fermeture assurée, démolition probable? au profit d’une promotion immobilière qui engloberait le bloc de l’ancienne salle des ventes Flagey, rue du Nid. Un gros morceau assurément.

Le bâtiment de la poste peut sembler quelconque à beaucoup, même si la salle des guichets présente un certain panache, mais le bâtiment est emblématique d’une époque (architecte N. Nemegeer, 1961) où le service public, tel l’INR voisin (Flagey), les CCP (Parlement flamand) et d’autres, osait s’affirmer architecturalement. Beaucoup semblent oublier que la place Flagey, lors de sa création dans les années trente, se voulait résolument contemporaine et que le bâtiment de la Poste s’inscrit dans ce prolongement cohérent de la place.

La question qui se pose ici, est multiple: sauvegarde ou nom du bâtiment, qualité architecturale du futur projet: sera-ce un nouveau bâtiment gris, blanc, cube passif mais sans grande surprise, comme tant d’autres projets urbains interchangeables, mais aussi la destination de ces logements…

L’autre aspect de cette fermeture est le débat autour du service public et de son image.

Il semble envisagé de déménager le bureau de poste au 1, rue Wéry toujours sur Ixelles, au carrefour formé avec l’avenue de la Couronne (voir photo).

 

un bureau de poste n°1rue Wéry, ? © delirurbain

Ixelles, un bureau de poste au  n°1 rue Wéry, ? © delirurbain

POSTE 03

possible bureau de poste… © delirurbain

 

bureau en cours d'aménagement

25 10 2014 – bureau en cours d’aménagement © delirurbain

Si l’information se vérifiait, ou est passé le débat urbain et citoyen? Pourquoi ce choix excentré? Quelle analyse des flux d’usagers? Pourquoi aucun débat n’est-il initié?

Le « robin des bois du commerce de la place Flagey » sublime DJ de la scène Flagey, aurait-il encore frappé, refoulant un peu plus le vulgus pecus hors de sa zone d’influence?

Tout cela sous réserve bien entendu d’une confirmation officielle qui semble tarder, les rumeurs courent tant au sein du personnel de la Poste que des riverains…

Je commençais cet article par « de retour…

Oui, un véritable coup de cœur à Marseille pour la friche « Belle de mai » (ARM architecture (Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud) un ensemble qui a su garder son âme à travers une réhabilitation respectueuse de l’esprit sauvage du lieu, à découvrir

 

la cour d’entrée – 3 08 2014 © delirurbain

vue sur les circulations et dégagements apportés à la structure 3 08 2014 © delirurbain

vue sur les circulations et dégagements apportés à la structure – 3 08 2014 © delirurbain

toit , passerelle, intervention murale "Remed - 2013 "  3 08 2014 © delirurbain

toit , passerelle, intervention murale « Remed – 2013  » 3 08 2014 © delirurbain

MARSEILLE 03

les grandes tables, restaurant et terrasse, vue sur les circulations 3 08 2014 © delirurbain

Poster un commentaire

Classé dans Urbanisme

Ambassades

La maison « Delune » sise  86 avenue Franklin Roosevelt est au centre d’une controverse urbanistique: le fait, bien que banal à Bruxelles, mérite d’être épinglé .

Les différents acteurs en jeu, l’intérêt du site, méritent la curiosité du public.

86 av. F. Roosevelt - vue actuelle ©delirurbain

86 av. F. Roosevelt – vue actuelle ©delirurbain

L’avenue F. Roosevelt a perdu de sa superbe, bon nombre de constructions, récentes ou pas, étant d’une  surprenante banalité, mais elle  fait encore illusion et de nombreuses ambassades y cherchent une adresse de prestige. Cette obsession a toutefois des effets néfastes:  après le chef d’œuvre en cours de réalisation dans la même avenue (cfr art.  au jour le jour) le risque  est ici réel, d’une perversion d’un témoin rare de l’architecture originelle du plateau du Solbosch.  L’avenue elle-même est un exemple de cohabitation des styles (quand il y en a un !), la bibliothèque de l’ULB et les bâtiments historiques se valorisent mutuellement de par leurs qualités. Les immeubles modernistes, art déco et même ce surprenant cottage participent à l’agrément de cette avenue même si on peut déplorer le manque total d’ambition de la majorité des nouveaux maîtres d’ouvrage…

EAU 02

maître d’ouvrage, bureau d’architecture, intervenants © delirurbain

In tempore non suspecto, Francis MetzgerDoyen de la faculté d’architecture de l’Université Libre de Bruxelles (La Cambre-Horta) s’était porté au chevet de la maison Delune . Aujourd’hui il revient comme grand architecte de l’ambassade des Emirats arabes unis.

E-A-U 04

vue latérale du bosquet ©delirurbain

Il n’est pas question encore de la qualité de l’habit, mais du questionnement des voisins, artistes et autres habitants qui verront ce coin de verdure et la luminosité de leurs ateliers fortement amputés . Syndrome NIMBY ou légitime inquiétude et  opposition?

Parking souterrain, consulat, salle de jardin? Les surfaces s’envolent, les arbres s’évanouissent, les voitures s’enfouissent…La mariée est belle…mais risque l’embonpoint

Sera-ce le pot de terre contre le pot de fer, la Puissance contre le Citoyen?

EAU 03

E-A-U – mise en garde ©delirurbain

Je ne résiste pas à publier cette impérieuse mise en garde en écho à… » l’envers du décor…. »

liens : ARAU & l’envers d’un décor

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Urbanisme